Photo Days
carte        lieux       artistes       agenda       visites        partenaires      presse      à propos


Galerie Sit Down

→ y aller



5/3/2021 – 17/4/2021
5/3 de 15h à 18h – vernissage
6/3 de 15h à 18h – signature du livre Roches

Aurore BAGARRY

Roches



Pour sa deuxième exposition personnelle à la galerie Sit Down, Aurore Bagarry présente Roches, Littoral de La Manche un nouveau projet photographique qui s’articule autour de recherches sur l’eau comme empreinte sur le paysage et sur la notion de frontière naturelle. Son espace d’investigation va des rivages septentrionaux français à ceux du sud de l’Angleterre qui se font face. L’artiste poursuit sa démarche d’atlas photographique à la chambre entamée avec la série Glaciers et nous propose un lecture personnelle des paysages de la Manche à travers un inventaire des formes issues de la lente érosion du littoral.

Roches a reçu le soutien de la Drac Bretagne (Aide Individuelle à la Création) en 2017 et celle du centre d’art GwinZegal, Guingamp en 2019.




Galerie Sit Down

28/11      réouverture de la galerie
22/1        vernissage Happy Birthday Tom! de Tom WOOD
5/3 15h›18h  vernissage Roches d’Aurore BAGARRY
6/3 15h›18h  signature du livre Roches par Aurore BAGARRY
 

www.sitdown.fr

instagram
@galeriesitdown

01 42 78 08 07
info@sitdown.fr

4 rue Sainte-Anastase – Paris 3e
mardi-samedi 13h-17h30 / et sur rdv

accès libre

Expositions passées

jusqu’au  16/1/2021

Salvatore PUGLIA

Millenovecento




Le sujet de la nouvelle installation de Salvatore Puglia, Millenovecento, est l’histoire du XXe siècle, ce siècle dont il a été témoin et acteur. À partir de documents trouvés, de photographies d’archives et de presse, de ses propres photographies de famille, l’artiste a créé un ensemble à l’allure de paroi d’ex-voto, unifié par les formes peintes dans le rouge fluorescent qui lui est propre.





jusqu’au  16/1/2021

Diego BALLESTRASSE

Le quatrième mur



“La cuarta pared/Le quatrième mur” est une exploration de la dimension physique des photographies de mon album de famille, comme un geste et un désir de rétablir des liens, où j'utilise la photographie comme un outil qui me donne la possibilité de me connecter avec mon passé familial. C'est un travail qui traite de notre appartenance et de nos affections, invitant le spectateur à un voyage au centre de la photographie. En quête d'un espace de rencontre et de confluence avec mon passé, le procédé consiste à plonger dans le tirage photographique en tenant compte des angles morts du cadre, et de là, en explorant l'ouverture à des espaces de réflexion qui concernent à la fois la sphère familiale ainsi que les mécanismes caractérisant la subjectivité inhérente à notre perception de l’image.





23/1/2021 – 13/2/2021

Tom WOOD

Happy Birthday Tom!



Afin de célébrer les 70 ans de Tom Wood ainsi que la sortie de son nouveau livre 101 Pictures sélectionnées par Martin Parr et publié chez RRB Photobooks, la galerie Sit Down est heureuse de présenter une selection de tirages issus de ses séries iconiques : Looking for Love, Photieman, All Zones off Peak, Mères, filles, sœurs...

Décrit par le Wall Street Journal comme “le photographe le plus sérieux travaillant aujourd’hui et ce, quelque soit le style”, Tom Wood est sans aucun doute LE photographe de Liverpool.
Au départ, la peinture, qu’il étudie, forme son œil. Mais bientôt, il s’initie à la technique du médium “le plus démocratique” jusqu’à l’enseigner à Liverpool, sa ville d’adoption, captant “l’état d’esprit particulier, fait d’ouverture d’esprit et de générosité”, de ce port si accueillant pour sa communauté, irlandaise ; vibrant pour les Beatles, le football et ses chantiers navals vers lesquels il a, toute sa vie, tourné son objectif.
Lui même passager du ferry traversant le fleuve Mersey, il y pratique la photographie de rue après Robert Frank et Lee Friedlander qui, comme lui, s’intéressaient aux flux humains dans les transports. Cette histoire de foule, de mouvement perpétuel est sa grande affaire.
Comme le dit John Berger, en 2004 : “Tom Wood a pénétré, en tant qu’artiste, la nature sincère, populaire, souvent désarticulée, mais profondément humaine des êtres peuplant la ville dans laquelle il a choisi d’habiter. Il a “protégé” un Merseyside, désormais éloquent, à jamais préservé”.