Photo Days


Bigaignon

→ y aller


18/11/2021 – 22/1/2022
18/11  18h-20h vernissage de l’exposition

Jean DE POMEREU

ECHOS


Pour son projet Echos, Jean de Pomereu puise dans ses connaissances approfondies des cultures artistiques et scientifiques de l’Antarctique afin d'évoquer les intimes interconnections et réciprocités des processus humains et naturels. À partir d'une sélection méticuleuse d’images d'archives, l’artiste français, s’inspirant des travaux de Sol Lewitt ou encore de Vera Molnár, adopte la grammaire de l’abstraction géométrique pour mieux transformer, compléter et puiser dans ces photographies.

Au travers d’incisions, de déchirures, et par la superposition de couches, Jean crée de nouvelles topographies, faisant ainsi écho à la transformation humaine des environnements terrestres, que ce soit directement ou indirectement.

Provoquant à la fois émerveillement et effroi, les échos de Jean se rapprochent plus d’une évocation du caractère éphémère de toute chose à la façon des vanités, qu’à un art politique et engagé. Le résultat est un projet expérimental, enraciné dans l’histoire de l’art, mais motivé par des préoccupations contemporaines de grande ampleur qui touchent chacun d’entre nous.




Bigaignon




Expositions passées

30/9/2021 – 14/11/2021

Yannig HEDEL

Passé composé



L’oeuvre de Yannig Hedel, véritable trésor argentique flirtant avec l’abstraction, s’expose sur les murs du nouvel espace Bigaignon, un lieu fascinant à la hauteur du talent de l’artiste avec ses immenses cimaises et sa verrière zénithale.

L’exposition « Passé composé », qui propose exclusivement des tirages argentiques d’époque, tous réalisés par l’artiste entre 1984 et 2001, met ainsi l’accent sur des compositions inédites ou rarement vues, issues notamment de l’une de ses séries intitulée « Heures Blanches ».

Dans ces images, Yannig Hedel bouleverse les codes, se joue des échelles. On ne sait plus à quelle distance se trouve l’objet photographié. Les jeux d’ombre et de lumière déroutent le spectateur et l’enveloppent d’un sentiment onirique prodigieusement silencieux. Et Thierry Bigaignon d’ajouter : « Yannig Hedel est un maître absolu. Son travail, que l’on pourrait qualifier d’obsessionnel, est avant tout une recherche passionnée de la lumière, cette lumière qui fait écho au temps qui passe. Sa quête relève d’un travail hautement photographique et d’une ambition plastique particulièrement contemporaine. Ajoutez à cela la tendresse que j’éprouve pour l’artiste, et vous pourrez aisément imaginer la fierté qui est la mienne d’inaugurer ce nouvel espace, cette nouvelle étape dans le développement de la galerie, avec les chefs d’oeuvres de Yannig Hedel ! »

Arrivé à Lyon de sa Bretagne natale à l’âge à l’âge de 22 ans, Yannig Hedel est un amoureux de l’architecture des années 30. Il arpente les villes, repère les ombres et les espaces silencieux, capture le réel pour illustrer la course des saisons et la métamorphose des villes. Dessinateur avant se s’être réellement consacré à la photographie, c’est pourtant à travers elle qu’il a su, au fil des ans, créer un univers personnel. Si ses prises de vue, tout en nuances de gris, tendent vers l’abstraction, elles sont pourtant bien réelles. Elles témoignent, par une composition exceptionnelle, un cheminement intériorisé, la volonté de créer une oeuvre en toute simplicité. Elles sont la concrétisation du parcours d’une vie, d’une recherche évoluant au fil du temps, où l’artiste révèle sa propre sensibilité à la lumière.

Qu’il sillonne la ville ou qu’il se poste à la fenêtre de son appartement, Yannig Hedel poursuit sa quête acharnée et continue de nous envoûter.