Photo Days


Sorbonne Artgallery

→ place du Panthéon


2/11/2021 – 30/11/2021
le 2/11 dès 18h30    vernissage en présence des artistes

Jane & Louise WILSON

Shamans, Shrines & Scarecrows



Un "site" est le résultat même d'une recherche ethnographique. Jane et Louise Wilson, duo d'artistes basé à Londres, font resurgir les particularités du site présenté dans leur travail, mêlant les relations historiques et personnelles à travers une narration visuelle. Elles cherchent à développer notre intérêt pour l'architecture psychique, la mémoire et l'importance des sanctuaires dans les sites.
Leur travail invite les spectateurs à être témoins du moment de création artistique entre l'artiste et le sujet, à travers le processus de documentation de ce qui a été abandonné et évaporé de notre relation subjective avec l'histoire. Les Wilson sont depuis longtemps en conversation avec le chamanisme et l'historicité des sites qu'elles ont choisis. Elles fusionnent les contes et les allégories qui ont été transmis de génération en génération -la relation entre le site abandonné et les apparitions des anciens résidents, les idéologies non résolues.
En 2018, les Wilson ont participé au projet de Résidence d'Artistes de l'île Gapado, située sur l'île la plus méridionale en dehors de la péninsule coréenne. L'"île Gapado" est une île minuscule, comptant seulement 170 résidents. C'est une île qui n’émet pas de CO2, dédiée au maintien d'un "écosystème durable" dans la mer de Chine méridionale.
La série de photos qu'elles ont prises lors de leur séjour a permis de capturer la matérialité naturelle des pierres de lave géantes, porteuses d'un mysticisme divin au sein de la culture locale. Elles ont mêlé des oursins et des coquillages turban à des empilements de pierres de lave et des épouvantails à la surface de l'architecture des sanctuaires, fusionnant ainsi découverte et inaccessibilité, rêverie et disparition.
Dans un autre registre, les épouvantails et les ormeaux[1] véhiculent l'idée d'humanisme ancrée chez les Haenyeos[2] de l'île. La série illustre le processus de recherche des artistes sur la conscience sous-jacente de l'île, qui passe par l'histoire indicible des croyances chamaniques et de la féminité chez les haenyeos.
L'œuvre de Jane et Louise Wilson a une forte présence existentielle basée sur les relations contextuelles entre le site et l'endroit où l'œuvre est installée. C'est le processus de fusion de l'intérieur et de l'extérieur qui apporte une telle spécificité à leur travail. Les artistes cherchent à révéler une perspective singulière sur les sites qu'elles ont choisis sans en dissimuler l'essence ou la déconnexion qui peut se produire aux yeux du spectateur.
— Juwon Choi


[1] Ormeau : type d'escargots marins consommés comme un mets délicat dans de nombreuses cuisines d'Asie de l'Est.
[2] Haenyeo : femmes plongeuses en eaux profondes originaires de l'île de Jeju en Corée du Sud, plongeant sans bouteille d'oxygène, récoltant des coquillages au fond de l'océan.


Sorbonne Artgallery