Photo Days

Le Chef-d’œuvre inconnu 



La Rotonde de Balzac a été installée en 1891 par Adèle de Rothschild, qui avait acquis la propriété où l’écrivain était mort en 1850 auprès de la veuve de Balzac, pour honorer et se souvenir du grand romancier français. Dans son testament, elle demande à l’ État français de conserver à perpétuité le Pavillon et son contenu. Conformément à cette volonté, l’installation Perpetual Camera reflète, à travers un assemblage de miroirs, la coupole de la rotonde et tous les objets qui s’y trouvent, inversant sa position de haut en bas, et créant ainsi une nouvelle compréhension du site. Simultanément, l’exposition traite du lien évident entre un miroir et un appareil photographique. La photographie ayant été inventée dix ans avant la mort de Balzac et bien que la rotonde contienne un buste sculpté à sa mémoire, il existe également au moins un daguerréotype connu de l’écrivain. Une reproduction encadrée de cette photographie sera placée, pour cette installation, sur la cheminée, en face de la sculpture, afin que les deux instruments de la mémoire jouent l’un contre l’autre. Elle rappellera également que ce lieu était autrefois la Maison de la photographie. En outre, les mots Perpetual Camera gravés sur les miroirs font partie d’un jeu de mots subtil, puisque le pavillon n’est rien d’autre qu’une chambre perpétuelle (camera en latin).
En plus de l’installation principale, plusieurs miroirs seront disposés dans le jardin, utilisant différentes phrases gravées tirées de la nouvelle de Balzac, Le Chef-d’oeuvre inconnu, sur les manquements de l’art. En utilisant des miroirs dans un environnement ouvert, reflétant les arbres, le ciel et la météo quotidienne, le public pourrait reconnaître que la nature elle-même est, en fait, le chef-d’oeuvre inconnu.




Daniel BLAUFUKS est représenté par la galerie Jean-Kenta Gauthier.






Galerie Jean-Kenta Gauthier / Fondation des Artistes